COLECTIVA FEMINISTA


Dans les départements ruraux de Cuscatlan et Cabanos  à l’est de la capitale de San Salvadore, notre organisation partenaire COLLECTIVA FEMINISTA vient en aide aux femmes jeunes et adolescentes qui font face à diverses formes de violence, de discrimination et d’exclusion qui les empêchent de s’épanouir intégralement. Cela concerne autant leurs droits sexuels et reproductifs que la reconnaissance de leur droit en matière de protection et défense de l’environnement.

Approche corps-territoire
La société salvadorienne est caractérisée par de profondes inégalités. Dans ce contexte, la violence sexuelle est un sujet critique qui touche les femmes, les adolescentes et les petites filles. Cette violation systématique des droits se traduit par une forte prévalence des grossesses chez les plus jeunes.

 

En soutenant COLECTIVA FEMINISTA, nous souhaitons aider les femmes jeunes et adolescentes à prendre conscience et à renforcer leur droit à défendre et disposer librement, et sous aucune contrainte extérieure, de leur corps.

Pour cela, notre partenaire sensibilise les jeunes femmes au sujet des grossesses précoces et les accompagne à élaborer une stratégie de prévention à ce sujet. Des groupes d’animateurs aident les jeunes femmes à renforcer leur capacité de participation, de mise en réseau et d’engagement afin que leur santé soit améliorée et qu’elles puissent agir sur la grossesse précoce et la violence sexuelle. L’approche du projet consiste à faire prendre conscience aux jeunes femmes et adolescentes que leur propre corps est comme un territoire qu’il s’agit de soigner et de protéger alors qu’elles s’impliquent dans la lutte des droits environnementaux de leur communauté.

Approche éco-féministe
L’épuisement des ressources naturelles et les effets négatifs de la dégradation du milieu sont également devenus des sujets de préoccupation pour l’ensemble du Salvador. Ils exacerbent les difficultés que les populations doivent affronter tous les jours. Dans ces luttes pour la défense de leurs droits, tant les hommes que les femmes se sont impliqués mais, comme cela arrive fréquemment, l’apport des femmes est encore peu reconnu. En mars 2017, le Salvador a décidé d’interdire l’exploitation des mines de métaux pour protèger un écosystème devenu très fragile, mais encore faut-il créer les mécanismes qui en assurent l’application effective. En attendant la population doit affronter tous les jours les difficultés liées à cette situation : le manque d’eau douce (90% des eaux à la surface sont pollués), la désertifiation, la sécheresse, la perte de la biodiversité,…

La prise de conscience de ces problématiques se développe, spécialement chez les femmes qui s’inquiètent de la dégradation et destruction de leur territoire. Par contre, elles ne disposent pas d’une plateforme solide d’organisation au niveau local et départemental pour conduire une réflexion et pour agir. Autre problématique : lorsque les femmes agissent pour la défense de leur territoire, elles se heurtent à un manque de reconnaissance sociale. Les programmes gouvernementaux ne se concentrent pas encore suffisamment sur l’amélioration des conditions structurelles qui déterminent les inégalités dont souffrent les femmes et, parmi elles, les jeunes femmes. La participation dans les réseaux de militantes de l’environnement des Départements de Cabañas et Cuscatlán est encore trop faible. COLECTIVA FEMINISTA met donc en place un processus de formation en partant d’une approche éco-féminisite pour les femmes engagées dans la protection et la défense de l’environnement.