08.11.12

Non à la ratification des accords commerciaux entre l’UE, la Colomie, le Pérou et l’Amérique Centrale

Manifeste des Organisations, Réseaux et Mouvements sociaux d’Amérique centrale, la Région andine et l’Union européenne

Lors du VIème sommet des chefs d’Etat de l’Union européenne, l’Amérique latine et les Caraïbes, qui a eu lieu le 18 mai 2010 à Madrid, ont été annoncés la fi n des négociations pour un Accord d’Association entre l’UE et l’Amérique centrale, ainsi qu’un accord Commercial multilatéral entre l’UE d’une part, la Colombie et le Pérou d’autre part. Les organisations, réseaux et mouvements sociaux des trois régions, qui eurent la possibilité de se trouver à Madrid dans le cadre du Sommet Alternatif des Peuples, afi n de débattre le sujet de la portée et des possibles impacts des accords négociés, se sont associés afi n de coordonner des actions d’information, de sensibilisation, d’incidence et de mobilisation sur les dangers intrinsèques aux accords négociés. Dans le cadre de ce processus, ils publient le Manifeste suivant: La crise économique mondiale a remis en question le paradigme du «libre échange» sur lequel reposent les accords négociés. Ainsi, la logique éminemment «libréchangiste» des Accords négociés entre l’UE et l’Amérique centrale, la Colombie et le Pérou correspond à un modèle actuellement en crise, qui limitera fortement l’autonomie des Etats qui en prennent part a promouvoir et défi nir des politiques régionales et nationales de développement au bénéfi ce des majorités. La clôture de ces accords se fait dans un contexte de crises diverses, dans les domaines économique, climatique, énergétique et alimentaire, qui ont un impact important sur les pays du sud, particulièrement les pays centroaméricains et andins, étant donné la forte vulnérabilité de leur environnement.

1. Des Accords d’Association à des Accords de Libre Echange.

Les accords négociés bénéfi cient en premier lieu les intérêts commerciaux de l’UE, tant en ce qui concerne l’accès aux marchés comme la portée des thèmes tels que les services, inversions, achats gouvernementaux, propriété intellectuelle et autres. En échange, les pays centroaméricains, ainsi que la Colombie et le Pérou, ont obtenu «certains avantages» pour l’accès aux marchés, qui ne sont autre chose qu’une consolidation de l’accès que ces pays avaient déjà au Système Général de Préférences (SGP), qui réaffi rme leur aspect de pays exportateurs de matières premières et par conséquent leur vulnérabilité face aux marchés internationaux.

Lisez la suite du Manifeste pour une analyse complète.

L’ASTM est membre du réseau “Grupo Sur”, qui est signataire du Manifeste.

 

 

En tant que membre du réseau d’organisations et mouvements sociaux en Amérique Centrale, la Colombie et le Pérou nous désirons divulguer l’impact potentiel que ces accords auront sur ces régions. L’inégalité existante entre l’UE et les pays d’Amérique Centrale comme la Colombie et le Pérou affecte le caractère suposément de libre échange de ces accords qui privilégient les intérêts commerciaux de l’UE plutôt que ceux des pays latino-américains.

 

Le nombre d’Accords de Libre Echange en cours de négociation est en augmentation. Nombre d’entre eux comprennent des objectifs et des engagements à long terme sur un large éventail de sujets. Les Accords commerciaux peuvent être très importants. Dans des pays voisins présentant des niveaux similaires de développement, les accords commerciaux peuvent créer de plus grands marchés, plus attractifs et plus efficaces. De même, les liens économiques et politiques peuvent se renforcer mutuellement. Cependant, quand les Accords de Libre Echange sont conclus entre des pays dont les niveaux de développement économique sont drastiquement différents, ces accords contribuent à miner les processus de développement au lieu de les améliorer.

En mon nom, ne le ratifiez pas!

Signe et envoie une lettre à tes député(e)s européen(ne)s pour exprimer ton refus face à la ratification des Accords de Libre Echange et des Accords d΄Association entre l΄Union européenne et la Colombie, le Pérou et l΄Amérique centrale.

Les accords, prêts pour leur ratification par le Parlement européen, encouragent des échanges commerciaux entre l΄Union européenne, la Colombie, le Pérou et l’Amérique centrale qui aggraveront la situation économique des paysans, bénéficieront des conditions de travail sans garanties, renforceront la situation déjà critique des droits humains dans ces régions, et provoqueront des effets dévastateurs sur les peuples autochtones, les paysans, les populations afrocolombiennes et sur l΄environnement.

Nous pouvons encore arrêter ces accords pour que la société de Colombie, du Pérou et d’Amérique centrale soient les décideurs de leur avenir et de leur développement économique, et qu’ils ne soient pas sacrifiés à des intérêts commerciaux. Signe maintenant!

Pour plus d΄informations, visitez le site internet sur les Accords Commerciaux: http://www.fta-eu-latinamerica.org

 

 

Share this: