29.04.13

La coopération luxembourgeoise met fin à son appui à AGRA

hotel-st.augustinUn pas franchi en faveur de la cohérence des politiques : Le Luxembourg applique le principe “sans OGM” au niveau de la politique de la coopération

Lors d’une entrevue récente avec la Ministre de la Coopération sortante Marie-Josée Jacobs, une délégation du Cercle de Coopération des ONG et des organisations Nord-Sud de l’Initiative “Luxembourg sans OGM” a tiré un bilan positif relatif au dossier “sans OGM” dans la politique de la coopération du Luxembourg. Depuis des années(1) le gouvernement mène une politique qui applique le principe “sans OGM”. Maintenant le gouvernement a agi en conséquence et a mis fin à son appui financier au programme “AGRA” (2) qui ne garantit pas une politique “sans OGM” dans ses investissements pour l’agriculture en Afrique.

 Durant l’année 2012 l’Initiative “Luxembourg sans OGM” et le baromètre “Fair politics” publié par le Cercle de Coopération avaient mis en évidence le fait que le programme “AGRA” mène une politique de développement agricole en Afrique qui n’exclut plus une stratégie OGM et que des rapprochements inquiétants avec l’industrie OGM se sont établis durant les dernières années, mettant au défi la cohérence des politiques du Luxembourg.

En automne 2012, lors de la déclaration relative à la politique de la coopération du Luxembourg, la Ministre Marie-Josée Jacobs a affirmé la volonté ferme du gouvernement d’appliquer le principe “sans OGM” dans le domaine de la coopération.

 En cohérence avec la politique résolument “sans OGM” que mène le Luxembourg au niveau national et européen, le gouvernement a donc mis fin à la collaboration luxembourgeoise avec le programme “AGRA”. Le Cercle de Coopélration et l’Initiative « Luxembourg sans OGM » en félicitent le gouvernement et en particulier la Ministre de la Coopération sortante, Marie-Josée Jacobs.

————————————————————————————————————–

(1) La déclaration gouvernementale de 2009 retient le principe de précaution en matière d’OGM.

(2) AGRA – “Alliance for a Green Revolution in Africa” a été créée en 2006 par les Fondations Bill et Melinda Gates et Rockefeller. Depuis un certain temps AGRA est de plus en plus critiqué par la société civile en Afrique comme en Europe à cause de ses stratégies agricoles qui vont à l’encontre de l’agriculture durable avec recours massif à des engrais et pesticides chimiques et une approche “top-down” qui risquent de laisser les paysans dans une situation de dépendance des grandes entreprises de l’agroindustrie, qui n’excluent pas nécessairement le recours aux OGM.

Share