05.12.17

Elections au Honduras : l’ASTM recommande d’agir pour le respect des droits politiques de la population

Face à la situation inquiétante au Honduras suite aux élections du 26 novembre 2017, Action Solidarité Tiers Monde (ASTM) demande au Luxembourg de rappeler à l’État de Honduras ses obligations concernant la tenue d’élections démocratiques ainsi que son devoir de respecter les droits civiles et politiques de la population hondurienne. Vu le tournant de la situation et les évènements des derniers jours, l’ASTM marque également sa plus grande inquiétude pour la sécurité de ses partenaires sur place, qui en tant que défenseurEs des droits sont davantage exposéEs dans des moments d’instabilité comme l’actuel.

Le processus électoral au Honduras a été marqué, entre autres irrégularités, par une communication hésitante, notamment en ce qui concerne la transmission des résultats et le dépouillement des bulletins. Ceci a provoqué des protestations de la part de la population hondurienne. Elle est en train de remettre en cause les résultats.

L’aggravation de la violence politique et de la répression
Depuis une semaine, la violence politique et la répression de la protestation sociale se sont aggravées dans le pays centraméricain. La déclaration de l’état d’urgence le 1er décembre passé restreint davantage la liberté d’expression et de réunion. Elle augmente ainsi la pression sur la population. Selon les sources sur place  rapportent des incidents violents et une utilisation démesurée de la force contre les manifestants, se soldant par plusieurs personnes blessées et, au moins, onze morts.

A plusieurs reprises, l’ASTM a marqué son inquiétude concernant les violations des droits humains et le non respect de l’état de droit au Honduras. En 2016, nous avons montré notre indignation suite à l’assassinat de l’activiste Berta Caceres et nous avons rejoint la mobilisation internationale de solidarité qui a suivi ce crime. Le Honduras est devenu un des pays les plus dangereux pour les défenseurEs des droits fondamentaux, comme l’attestent des nombreux rapports spécialisés. Ceci a motivé l’appel, en juin de cette année, que le Secrétaire Général des Nations Unies pour les Droits humains a adressé à l’Etat de Honduras pour qu’il augmente la protection aux défenseurEs et ouvre des espaces de dialogue et de participation pour la société civile[1].

Les revendications de l’ASTM

Face à cette situation, l’ASTM et les réseaux CIFCA et GRUPO SUR appellent le Luxembourg et les autres États membres de l’Union européenne à

  • condamner la violence à l’égard des manifestants et exhorter le gouvernement hondurien à rétablir au plus vite les droits politiques de la population, notamment le droit à manifester librement et en sécurité
  • soutenir la présence de la Mission d’observation électorale – UE sur place  jusqu’à la conclusion du processus électoral 
  • demander le respect de la volonté populaire exprimé par les urnes, ce qui implique la révision des tous les bulletins contestés, comme il a été signalé par les Missions d’observation électorale tant de l’Union Européenne que de l’OEA.

Lien vers la lettre ouverte des réseaux CIFCA et GRUPO SUR à l’Union Européenne et à ses Etats membres

Download (PDF, 383KB)


[1] http://www.un.org/spanish/News/story.asp?NewsID=37779#.WiLl-2QtWRs
 

Share this: