08.08.17

Dossier Spécial – Pas de développement sans droits humains

Dans le dernier Brennpunkt Drëtt Welt 298, nous avons publié un dossier spécial sur les droits humains et le développement qui éclaire le sujet sous différents angles.

L’approche basée sur les droits humains en Inde, dynamiques locales et partenariats – François Xavier-Dupret
En novembre 2016 François Xavier-Dupret s’est rendu en Inde pour visiter des projets des partenaires de l’ASTM et d’ECPAT dans les Etats du Maharastra, du Karnataka et de Goa. L’objet de cette visite était de mieux comprendre comment les ONG luxembourgeoises et leurs partenaires sur le terrain appuient les populations marginalisées à défendre leurs droits grâce à l’approche basée sur les droits humains. Ce voyage s’inscrit dans le contexte d’une réflexion menée par le Cercle de Coopération des ONG et de ses membres sur cette approche.

Le respect des droits humains, seule garantie pour un développement intégral et durable – Thérèse Gorza et Gabriela Cáceres
La défense des droits des populations des pays en développement est non seulement indissociable d’une politique pour un développement durable, mais encore elle doit être au centre d’une telle politique. C’est la condition pour parvenir à un développement sain et fructueux pour les populations concernées. L’article parle de la personne humaine au centre du développement, des droits en tant que rempart de dignité, des droits des femmes et de l’approche basée sur les droits humains d’Action Solidarité Tiers Monde.

Osons le courage! – Carla Vezo
C’est pour contrer le climat actuel de peur, de clivages et de politiques de « diabolisation » qu’Amnesty International lance une nouvelle campagne mondiale « Osons le courage » (« Brave » en anglais) avec la publication du rapport « Défenseurs des droits humains menacés. Un espace de plus en plus restreint pour la société civile». Cette campagne a pour objet de mettre en lumière différentes situations de personnes dans le monde entier qui prennent des risques immenses pour défendre nos droits. Pourtant, ces personnes sont harcelées, torturées, emprisonnées, parfois même tuées… uniquement pour avoir osé donner de la voix pour ce qui est juste.

Espace de plus en plus restreint pour la coopération au développement luxembourgeoise? – Antoniya Argirova
L’espace pour la société civile, partout dans le monde, devient de plus en plus restreint et les ONG de développement (ONGD) luxembourgeoises n’échappent pas à cette réalité. Elles sont confrontées quotidiennement aux tactiques répressives utilisées par les États et les sociétés transnationales contre leurs partenaires dans les pays du Sud afin de faire taire celles et ceux qui osent revendiquer leurs droits fondamentaux. Quatre ONGD luxembourgeoises ont accepté de partager leurs expériences et de témoigner des difficultés éprouvées par les organisations partenaires et des conséquences sur leur travail.

Grandes luttes et petites guerres: le cas de CEDIB – Gabriela Cáceres
En Amérique latine, les pays qui ont emprunté la voie des transformations l’ont fait à partir de la résistance et de la recherche d’alternatives par les organisations sociales porteuses de changement. Les expériences des mouvements de femmes, de paysans, d’indigènes, d’étudiants ou encore de syndicats, ont nourri ces projets et ont constitué la base sur laquelle les propositions transformatrices se sont fondées. Le monde politique a su écouter et reprendre ces luttes et c’est ainsi qu’il a été porté au pouvoir au Brésil, en Équateur, en Argentine et en Bolivie, entre autres. Les expériences ont été diverses mais à présent le constat semble être commun : au-delà des débats, on peut dire que l’illusion et la créativité transformatrice des premiers moments ont disparu. Nous vivons une période de frustration et de reflux, de confusion et de désarroi. L’exemple le plus récent est le cas de l’organisation CEDIB – Centre de documentation et information de Bolivie, qui gère une des plus importantes bibliothèques du pays.

La lutte pour les droits humains passe aussi par la justice fiscale – Jean-Sébastien Zippert
Loin d’être un luxe de pays riche, l’application d’un impôt socialement juste et le consentement de toute la population à celui-ci est un des ferments essentiels de la démocratie. De nombreuses ONG prennent désormais la justice fiscale en compte pour évaluer l’état de développement d’un pays. En effet, il ressort que des droits aussi essentiels que l’accès à l’éducation, à la santé et la promotion de l’égalité des genres sont largement tributaires de recettes fiscales justement appliquées et correctement récoltées.

Téléchargez le PDF

 

 

 

 

 

Share this: