23.01.17

Crise invisible : La migration forcée des femmes en Amérique Centrale

D’après Neesa Medina du Centro de Derechos de Mujeres, organisation partenaire ASTM au Honduras depuis 2010, 64% des femmes qui quittent le Salvador, le Mexique, le Honduras et le Guatemala fuient la violence. Selon le documentaire “The Invisible Crisis : The Female Face of Forced Migration” , le Salvador et le Honduras connaissent une situation de violence sans précédent, encouragée par une énorme impunité et la faiblesses des structures judiciaires et la corruption. Malgré son ampleur, la crise reste invisible dans les médias. Selon notre partenaire, une femme porte plainte toutes les trois heures pour violence et toutes les 16 heures une femme est assassinée au Honduras. Ces chiffres sont basés sur l’observatoire des droits humains des femmes que le CDM a mis en place il y a 12 ans. Cet observatoire rassemble et analyse des informations de presse, mais aussi des registres des institutions de sécurité et justice du pays. Les chiffres avancés ne prennent donc pas en compte le nombre de femmes qui pour des raisons de répression vivent la violence dans le silence, sont assassinées, disparaissent ou décident de fuir vers les Etats-Unis. Les cimetières clandestins indiquent que les cas rapportés sont largement en-dessous du nombre réel. Ce documentaire poignant raconte la situation de ces femmes, les dangers qu’elles encourent lorsqu’elles décident de quitter leur pays, et leur criminalisation à l’arrivée au Etats-Unis.

 

CDM, Centro de Derechos de Mujeres
Depuis 1994, le CDM promeut les droits des femmes et travaille pour le renforcement de leur autonomie. Dans ce cadre, notre partenaire développe des initiatives dans les domaines de l’emploi, de la violence envers les femmes, des droits sexuels et reproductifs, et de la participation citoyenne. L’ASTM a commencé à travailler avec le CDM en 2010. 

Share this: